News



Les Inuit et nous

Exploratrice et scientifique, Jocelyne Ollivier-Henry depuis 1979, séjourne le plus régulièrement possible au Groenland, à Siorapaluk, village de 80 habitants, situé à 78° de latitude Nord.

Un défi dans un pays qui connaît quatre mois de nuit polaire et une température qui descend volontiers jusqu'à -40° Mais les Inuit sont si attachants. Jocelyne Ollivier-Henry, qui a appris leur langue, s'est faite l'une d'entre eux. La chasse au lièvre polaire, la pêche aux flétans n'ont plus de secrets pour elle. Elle raconte donc son Siorapaluk quotidien : la vie et la mort, la nourriture, la maison, les enfants, I'éducation, les relations entre les personnes, entre elle et la nature Un récit d'ethnologue qui se double des recherches d’une universitaire qui a travaillé avec la faculté de médecine de Lille, le CHU de Nantes et Ifremer-Nantes pour étudier la composition du mergule nain faisandé (oiseau arctique faisant les délices des Inuit). Car pour Jocelyne Ollivier-Henri, la civilisation et la société inuit confrontées au réchauffement climatique, au choc de la modernité technologique, aux problèmes de pollution et aux équilibres alimentaires constituent un laboratoire vivant de portée universelle. De ce fait son récit est passionnant, mais plus encore parce qu'elle sait y apporter un regard amical, en authentique femme de cœur qu'elle est.

Yannick PELLETIER, OUEST-FRANCE, le 03-01-2008

- ©DIABASE éditions 2014 - réal. : Alexandre Petrovski Darmon