News



"Dans l'humus humain"

Il n'est pas aisé d'écrire des contes bibliques sans tomber dans les travers qui ne soient que des redites. Annaig Renault vient de publier chez Diabase une telle réécriture biblique qui emporte l'adhésion du lecteur. Elle place d'emblée en exergue une citation de Jean Grosjean, qui est sans doute l'une des clefs de l'ouvrage. " Dieu est celui qui s'amenuise dans la lumière du soir "
Autant dire que les mots se feront ici esquisse et que les traits ne seront pas appuyés mais suggérés. Le genre est bien le conte et le personnage central un prophète ignoré des écritures, à savoir le prophète Avel. C'est le terme qui désigne le vent en cette langue bretonne que l'auteur maîtrise parfaitement de même que l'évangile se dit aviel, mais elle le note, l'auteur renvoie ici plutôt à Abel, le second fils face à Caïn, que l'on traduit parfois par buée. Le récit fait un portrait tout sensible d'un monsieur-tout-le-monde qui, sans se laisse conter, cherche à mener sa vie d'homme en essayant d'être lucide et attentif, en cherchant à vivre une fidélité à lui-même et au mystère de Dieu, dans un ne-pas-savoir-assuré et sans renoncer au pas-à-pas. Il vit l'existence d'un homme singulier - simplement « unique » - qui se défait des illusions, ne cherche pas à plastronner, vit parfois les heures silencieuses de l'abanbon, justement attentif à la valeur du jour et à sa qualité de prophète d'un Dieu de toute discrétion.
Difficile de raconter le détail des épisodes...
Le prophète avance dans une solitude peuplée, trouée de peurs, mais accroché à la présence discrète de cet incognito dans la maille des jours. Il rencontre des Abraham et des Isaïe, des Joseph et des Sarah, cherche sa route et vit sa vie.
On pense un peu à l'écriture de Christian Bobin et plus encore à Gérard Bessière ou Jean Grosjean. Le conte en dit si long, il n'insiste pas et vous renvoie à la qualité de votre propre existence. « Va vers toi. Me voici. Parle. Laisse le silence remplir ta parole » et encore : Il y a une hygiène de la parole afin de lui donner un effet durable, ne te laisse pas confisquer les chemins de ta liberté. On sait combien le moderne s'attache à l'impératif des lois du langage, tout est là. Dans l'humus humain.
Les livres vous accrochent parfois. Celui-ci m'a séduit par la qualité de son écriture, la noblesse des sentiments exprimés, la liberté qu'il laisse au lecteur et la joie douce qu'il suscite. Un conte certes mais encore un manuel pour mener sa liberté dans le silence de Dieu, dans l'inédit d'une société sans référence et l'impératif d'écouter les seules lois de l'humain afin de cheminer en naissant à soi-même dans ce sursaut qui lève l'homme chaque jour.


Joseph Thomas

- ©DIABASE éditions 2014 - réal. : Alexandre Petrovski Darmon